Causes du tout connecté et récupération

Bonjour,

L’opposition aux capteurs Linky enregistre ces dernières semaines de bonnes et de mauvaises nouvelles. Parmi les bonnes, une soudaine attention des médias parisiens, l’AFP, L’Express, France Inter (Le Téléphone sonne), France Info, Envoyé Spécial et les dizaines d’autres qui ont rapporté les « chaînes humaines » du 5 mai, à Bordeaux, Epinal, sur le Vercors et ailleurs. Cette attention nouvelle est l’effet du bon travail des collectifs anti-Linky, qui ont persévéré envers et contre tout depuis 3 ans, et qui ont approfondi leur critique. Il ne s’agit plus désormais de s’en tenir aux conséquences sanitaires de Linky, mais de remonter aux causes du tout-connecté.

On voit bien qu’il est vain de s’en prendre à Linky si l’on ne s’en prend pas aux autres capteurs communicants (eau, gaz) ; aux autres objets connectés et communicants (dont le smartphone, la wifi) ; si l’on ne combat pas la voiture électrique, le pillage des données (big data, smart city), à des fins marchandes et administratives ; ou encore l’ouverture d’une « bourse de l’électricité », l’European Power Exchange.

La mauvaise nouvelle, c’est que notre mouvement devient appétissant pour les récupérateurs politiques (Michèle Rivasi (Les Verts), Corinne Lepage, Insoumis), ou commerciaux (Mysmartcab). Sans compter ceux qui, ici ou là, se bombardent déjà représentants nationaux d’un mouvement qui n’existe que dans ses collectifs locaux ; et grâce au travail d’enquête et de réflexion, mené par tous et chacun d’ eux.

C’est pour ces raisons que nous faisons circuler 2 textes qui nous paraissent judicieux sur la situation du mouvement anti-Linky.
Le premier, de Stop Linky 23, provient du numéro d’avril du Creuse-Citron, un petit journal de la Creuse, et dit notamment : « Nous refusons de cogérer les diverses nuisances des compteurs communicants avec les pouvoirs publics et privés. Nous ne sommes pas là pour comptabiliser, négocier, « encadrer », « aménager » les taux de rayonnement électromagnétique qu’on nous inflige, mais pour les supprimer à la source, avec le système économique qui les engendre. » : http://grenoble-anti-linky.eklablog.com/stop-linky-23-contrer-l-invasion-des-compteurs-communiquants-a144852878

Le second est la fameuse “Adresse à tous ceux qui ne veulent pas gérer les nuisances mais les supprimer”, qui date d’avril 1992 (mais les classiques sont toujours d’actualité), et où l’activité de Michèle Rivasi, au travers de la Crii-rad, était déjà traitée : http://www.piecesetmaindoeuvre.com/spip.php?page=resume&id_article=37
 
Salutations libres et humaines,
Pièces et main d’oeuvre

 


Date de création : 09/06/2018 16:53
Catégorie : Linky : Le compteur-capteur communicant : toutes les questions - Pièces et Main d'œuvre
Page lue 4429 fois