Vous êtes ici :   Accueil » Marché des box d'énergie
 
 

Nouveautés du site

(depuis 40 jours)

Retrait Linky : remettez-moi un compteur non communicant

Retrait-Linky.org.jpg

Enedis ou ses sous-traitants vous ont mis un compteur communicant Linky alors que vous n'en vouliez pas, ou bien vous avez changé d'avis et vous n'en voulez plus : ce site est fait pour vous.

Site gratuit uniquement destiné à demander le retrait des compteurs Linky.

Lire la suite

Mais combien sommes-nous SANS Linky ?

Vous non plus, vous n'avez pas de Linky ?
Combien de récalcitrants n'ont pas de Linky ?  Comptons-nous, signez ici Lire le texte de la pétition
 

Lettrinfo 12 mars 2022

Refuser Linky est gratuit.
Futé : la relève mensuelle gratuite.
 

Oui certes, mais, à partir de 2025, j'aurai peut-être à payer 50 € par an pour deux relèves humaines par an ! 25 € la visite, c'est comme chez le toubib donc. Pas cher payé pour un peu de liberté. D'ailleurs, le compteur blanc est toujours en vente.
 

La CRE réclame cela depuis 2015 au moins ! Non, ce n'est pas un scoop chers chiens de garde, spécialistes de la défakation des niouzes ! Dans une délibération du 3 mars 2016 «portant sur la tarification des prestations annexes», elle considère «justifié que les consommateurs qui n'ont pas laissé l'accès au compteur se voient facturer une prestation de relève à pied résiduelle, compensant les surcoûts occasionnés, mais que cette prestation ne peut être mise en place à ce stade, à défaut de connaître l'ampleur de ces surcoûts».

A lire aussi Stéphane Lhomme 09/03/2022


Mon changement de fournisseur

Je viens de revenir chez EDF, après trois ans chez Mint, ainsi la mensualité est passée de 123 à 84 euros. Mais Linky n'est pas entré chez moi à cette occasion, pourtant, il a essayé. 
Mars 2022, je n'ai toujours pas de Linky. Et la campagne présidentielle ne parle jamais de mes préoccupations. Ah si ! Il vont tous accélérer la production d'électricité et continuer la connexion totale et la robotisation du monde. 
Mais j'ai encore la chance d'accueillir chez moi des humains ! Car Madame Enedis est venue sonner chez moi le 21/02/2022.   Alors que l'un des avantages du Linky, un gain pour le consommateur, serait de me priver de ce contact humain !

A lire aussi  Changement de fournisseur, toujours pas de Linky


Comme l'a expliqué le Collectif Vallon en décembre 2021, comme Stéphane Lhomme le rappelle régulièrement depuis au moins 2015, comme je le développe sur mon site depuis février 2018, le refus du Linky évite  des incendies, des arnaques, des pannes. Le refus du Linky est aussi une occasion de sortir de l'infantilisme dans lequel on nous plonge, et auquel tant de gens s'habituent...

A lire aussi  Collectif Vallon 12/2021   

Linky ne sert pas à faire des économies ; tout le monde voit bien qu'il n'est question que de l'accélération de l'augmentation de la consommation d'électricité, avec la vente d'innombrables gadgets connectés, l'explosion des climatiseurs, pompes à chaleur, le volume astronomique de données, vidéo notamment, du "cloud"... Mais Linky, c'est déjà de l'Histoire.

 L'auto-relève mensuelle et les photos d'index

   Nul besoin d'espace client ; ce lien suffit  https://www.enedis.fr/faire-le-releve-en-ligne

 L'idéal, c'est bien d'envoyer le relevé à Enedis. Je le fais chaque mois. Montrons donc que nous ne sommes pas des clients muets, que nous savons, sans Linky, surveiller et maîtriser notre consommation ! Je dispose des photos de mes deux index mensuels depuis 2015, et ça m'a fait économiser des sous.  Envoyer sur le site de Mint c'est possible, mais ils écrivent bien que c'est juste pour notre usage personnel (moi c'est le tableur Excel) ; et sur le site d'Edf, il n'est possible d'envoyer ledit relevé qu'à certaines dates.

J'ai donc les preuves de mes index sur les photos horodatées par le serveur de mon opérateur de téléphonie et aussi la confirmation écrite  par Enedis de mon autorelevé. Avis à ceux qui ont à subir des surfacturations.

Pourquoi ne faites-vous pas de photos de vos index, seul moyen de preuve contre une erreur d'Enedis ou de votre fournisseur ? Réagissez-donc à cet article et dites-moi.

 A lire aussi Preuves Photographiques à l'appui 

   

Bien sûr on vous signale que c'est dans l'attente de la pose d'un Linky, et en effet, si je déménage, si je décède, il est possible que la résistance disparaisse avec moi ; car combien sommes-nous d'Ohms résistants en France ? D'après Enedis, plus d'un million quand même...

Relevé pour Enedis 2022mars09.jpg

Relevé pour Enedis confirmation 2022mars09.jpg

Lire la suite

 
 
 

Marché des box d'énergie

Marché des box d'énergie : attention, décollage imminent

https://www.journaldunet.com/economie/energie/1179772-box-d-energie-decollage-imminent/

Plusieurs dizaines de milliers de Français ont investi dans ces dispositifs qui enregistrent et régulent leur consommation d'énergie à la maison. Et ce n’est que le début.

10325724-marche-des-box-d-energie-attention-decollage-imminent.jpg

Pour éviter de dilapider leur bas de laine en consommant de l'électricité au moment de la journée où elle est la plus chère, certains particuliers commencent à s'équiper en box d'énergie. La solution Wiser de Schneider Electric a par exemple séduit plusieurs dizaines de milliers de personnes en France depuis son lancement en février 2014.

Mais ces nouveaux services n'ont pas forcément besoin d'être intégrés dans un système dédié, ressemblant à une box Internet. Ils peuvent également être embarqués dans un objet connecté qui a d'autres fonctions. Lancée en 2011, la version 1 du thermostat intelligent de la start-up Nest, rachetée par Google en 2014, est capable de contrôler la chaudière à gaz, qui contrôle elle même les radiateurs. La troisième génération peut également commander la mise en route d'un chauffe-eau et peut-être un jour celle de tous les appareils connectés de la maison, espère probablement la maison mère de Nest, Alphabet…

"Les fournisseurs d'énergie sont à mon sens les acteurs les plus légitimes pour développer des offres de ce type, car le gaz, l'électricité sont au cœur de leur expertise métier et ils ont acquis la confiance des consommateurs", souligne Serge Subiron, PDG d'Ijenko, une entreprise qui fournit aux énergéticiens des services numériques en marque blanche, qu'ils peuvent proposer à leurs clients. "Mais de plus en plus d'acteurs, des opérateurs télécom aux géants du net en passant par les fabricants de matériel électronique, s'intéressent à ce nouveau secteur stratégique". Car aider le consommateur à prendre le contrôle de sa consommation d'énergie, c'est entrer au cœur de son habitation et connaître ses habitudes.

L'offre de box d'énergie et de services équivalents, intégrés à des objets connectés, est donc foisonnante. Et la demande suit. "En Allemagne, l'énergéticien RWE a poussé 150 000 ménages à s'équiper. Le hollandais Eneco a vendu son thermostat connecté à plus de 200 000 clients. Plusieurs centaines de milliers d'Anglais ont installé chez eux une box énergétique, poussés notamment par Centrica, l'équivalent britannique d'Engie", énumère Serge Subiron.

Les Français ont mis plus de temps que leurs voisins à s'intéresser à ces offres. Bouygues Telecom et Engie, qui avaient lancé en 2010/2011 des box énergétiques en partenariat avec Ijenko, ont déclaré forfait (du moins sous cette forme). Ces lancements étaient prématurés en France, où le secteur était encore embryonnaire. Mais le décollage dans l'Hexagone serait imminent : "En 2014, lorsque Nest a lancé son thermostat intelligent en Europe, seuls quelques milliers de foyers étaient équipés de box de contrôle de l'énergie en France. Aujourd'hui, plusieurs dizaines milliers de ménages sont concernés. Ce taux de pénétration est encore faible mais le marché se développe", souligne Jean-Philippe Tridant Bel, directeur de l'activité énergie chez Alcimed.

Les citoyens français commencent à être sensibilisés à la maîtrise de leur consommation d'énergie, notamment via la mise en place dans leurs habitations de compteurs intelligents, comme le Gazpar de GRDF ou le Linky d'ERDF, qui a été installé chez plus de 500 000 particuliers. Avec l'accord de leurs propriétaires, les données collectées pourront être transmises à des fournisseurs de services. Ils n'auront plus besoin de se casser la tête pour collecter les data afin de créer des applications mobiles de gestion de la consommation. Un nouveau vecteur de développement de l'offre, qui aiguise l'appétit des start-up.

Les acteurs du secteur essayent, par ailleurs, de conquérir de nouvelles verticales de marchés. "Nous développons des offres avec des bailleurs sociaux, pour permettre aux habitants de logements sociaux de maîtriser leurs dépenses", détaille Philippe Schaal, de Schneider Electric. Le groupe compte aussi vendre ses box aux propriétaires de maisons individuelles à énergie positive, qui produisent de l'électricité grâce à des panneaux solaires.

La priorité des clients des box est le confort, pas les économies sur la facture d'électricité

Reste que les textes réglementaires ne poussent pas le citoyen lambda à une consommation responsable : "la loi de transition énergétique s'intéresse aux bâtiments intelligents mais laisse de côté le consommateur final", déplore le PDG d'Ijenko. Jean-Philippe Tridant Bel appelle quant à lui le gouvernement à imposer à chaque Français un système de comptage de sa consommation énergétique, comme cela a été fait avec les détecteurs d'incendies. Il note tout de même un début de mouvement du côté du législateur : "La loi impose depuis peu aux copropriétés équipées d'un chauffage collectif d'installer sur les radiateurs de chaque habitation un système de comptage individuel."

Le consommateur n'est pas non plus incité par les prix à regarder de près sa facture énergétique. "Les tarifs sont maintenus artificiellement bas par les subventions publiques, autour de 10 à 12 centimes d'euro le kilowattheure, contre 24 à 28 centimes en Allemagne", regrette Serge Subiron. Tous les contribuables financent, en payant leurs impôts, la consommation excessive de certains citoyens qui ne surveillent pas leur compteur.

Ce frein au développement du marché pourrait ne pas peser si lourd dans la balance car les personnes qui investissent dans une box le font avant tout pour des questions de confort. "L'étude réalisée par Alcimed en 2014 montre que faire des économies sur leur facture n'est pas la priorité numéro un des clients de ces nouvelles offres", indique Jean-Philippe Tridant Bel. Nest, qui a mis l'accent dans ses campagnes marketing sur une habitation à 21 degrés toute l'année, quelles que soient les conditions météorologiques, l'a bien compris.

De toute façon, l'implication du consommateur final dans une démarche d'économie d'énergie va devenir de moins en moins importante. "Nous avons dans nos cartons des algorithmes très puissants, capables d'apprendre seuls les habitudes de consommation d'un particulier. Nous allons progressivement les intégrer à nos box. Nos clients n'auront plus rien à faire pour réduire leur consommation, tout sera optimisé automatiquement par notre solution. Nous voulons qu'il y ait le moins de frictions possible, que notre box ne soit pas intrusive pour notre clientèle", explique Philippe Schaal, de Schneider Electric. Même plus besoin de faire l'effort d'être écolo, une intelligence artificielle s'en occupe à votre place.

Schneider Electric vend ses box aux propriétaires de maisons individuelles à énergie positive

Aider le consommateur à prendre le contrôle de sa consommation d'énergie, c'est entrer au cœur de son habitation et connaître ses habitudes


Date de création : 18/05/2018 15:49
Catégorie : - Presse
Page lue 2907 fois