Vous êtes ici :   Accueil » Dégâts importants au Parc des calanques : Enedis condamné
 

Lettrinfo 12 mars 2022

Refuser Linky est gratuit.
Futé : la relève mensuelle gratuite.
 

Oui certes, mais, à partir de 2025, j'aurai peut-être à payer 50 € par an pour deux relèves humaines par an ! 25 € la visite, c'est comme chez le toubib donc. Pas cher payé pour un peu de liberté. D'ailleurs, le compteur blanc est toujours en vente.
 

La CRE réclame cela depuis 2015 au moins ! Non, ce n'est pas un scoop chers chiens de garde, spécialistes de la défakation des niouzes ! Dans une délibération du 3 mars 2016 «portant sur la tarification des prestations annexes», elle considère «justifié que les consommateurs qui n'ont pas laissé l'accès au compteur se voient facturer une prestation de relève à pied résiduelle, compensant les surcoûts occasionnés, mais que cette prestation ne peut être mise en place à ce stade, à défaut de connaître l'ampleur de ces surcoûts».

A lire aussi Stéphane Lhomme 09/03/2022


Mon changement de fournisseur

Je viens de revenir chez EDF, après trois ans chez Mint, ainsi la mensualité est passée de 123 à 84 euros. Mais Linky n'est pas entré chez moi à cette occasion, pourtant, il a essayé. 
Mars 2022, je n'ai toujours pas de Linky. Et la campagne présidentielle ne parle jamais de mes préoccupations. Ah si ! Il vont tous accélérer la production d'électricité et continuer la connexion totale et la robotisation du monde. 
Mais j'ai encore la chance d'accueillir chez moi des humains ! Car Madame Enedis est venue sonner chez moi le 21/02/2022.   Alors que l'un des avantages du Linky, un gain pour le consommateur, serait de me priver de ce contact humain !

A lire aussi  Changement de fournisseur, toujours pas de Linky


Comme l'a expliqué le Collectif Vallon en décembre 2021, comme Stéphane Lhomme le rappelle régulièrement depuis au moins 2015, comme je le développe sur mon site depuis février 2018, le refus du Linky évite  des incendies, des arnaques, des pannes. Le refus du Linky est aussi une occasion de sortir de l'infantilisme dans lequel on nous plonge, et auquel tant de gens s'habituent...

A lire aussi  Collectif Vallon 12/2021   

Linky ne sert pas à faire des économies ; tout le monde voit bien qu'il n'est question que de l'accélération de l'augmentation de la consommation d'électricité, avec la vente d'innombrables gadgets connectés, l'explosion des climatiseurs, pompes à chaleur, le volume astronomique de données, vidéo notamment, du "cloud"... Mais Linky, c'est déjà de l'Histoire.

 L'auto-relève mensuelle et les photos d'index

   Nul besoin d'espace client ; ce lien suffit  https://www.enedis.fr/faire-le-releve-en-ligne

 L'idéal, c'est bien d'envoyer le relevé à Enedis. Je le fais chaque mois. Montrons donc que nous ne sommes pas des clients muets, que nous savons, sans Linky, surveiller et maîtriser notre consommation ! Je dispose des photos de mes deux index mensuels depuis 2015, et ça m'a fait économiser des sous.  Envoyer sur le site de Mint c'est possible, mais ils écrivent bien que c'est juste pour notre usage personnel (moi c'est le tableur Excel) ; et sur le site d'Edf, il n'est possible d'envoyer ledit relevé qu'à certaines dates.

J'ai donc les preuves de mes index sur les photos horodatées par le serveur de mon opérateur de téléphonie et aussi la confirmation écrite  par Enedis de mon autorelevé. Avis à ceux qui ont à subir des surfacturations.

Pourquoi ne faites-vous pas de photos de vos index, seul moyen de preuve contre une erreur d'Enedis ou de votre fournisseur ? Réagissez-donc à cet article et dites-moi.

 A lire aussi Preuves Photographiques à l'appui 

   

Bien sûr on vous signale que c'est dans l'attente de la pose d'un Linky, et en effet, si je déménage, si je décède, il est possible que la résistance disparaisse avec moi ; car combien sommes-nous d'Ohms résistants en France ? D'après Enedis, plus d'un million quand même...

Relevé pour Enedis 2022mars09.jpg

Relevé pour Enedis confirmation 2022mars09.jpg

Lire la suite

 
 
 

Dégâts importants au Parc des calanques : Enedis condamné

Enedis condamné après des dégâts importants au Parc des calanques

https://www.capital.fr/entreprises-marches/enedis-condamne-apres-des-degats-importants-au-parc-des-calanques-1402727#utm_medium=email&utm_source=capital-alertes

On savait déjà qu'Enedis installe Linky avec la bénédiction des procureurs, tels Michel Sastre. La seule loi qui compte, celle qui efface le Code Civil et le Code Pénal, c'est la loi de l'industrie.

On savait déjà que la CNIL exige, et avec quelle force !, que l'usager ait donné son consentement pour que le compteur-capteur de données soit installé à son domicile (qui comprend aussi le coffret en limite de propriété, et même en,plein champ, il est attaché au domicile, si si si.).

On savait déjà que l'appli Covid, le passeport santé et autres puçages à venir respecteraient l'intimité de nos données. 

On savait déjà, mais on le vérifie de nouveau en mai 2021, que la pression sociale relaie terriblement dans notre "bulle de distanciation" les injonctions industriello-gouvernementales.

On savait que la majorité de nos contemporains ne savent plus très bien si l'adresse courriel est une donnée personnelle, et s'ils n'ont vraiment rien à se reprocher...

Bref, on savait déjà que le Père Noël existe. mais il ne nous fait pas de cadeaux !

Enedis a écopé d'une amende avec sursis pour avoir réalisé des travaux sans autorisation et ayant occasionné des dommages importants : la destruction de dix-huit espèces protégées comme le "silène faux orpin" ou "l’anthémis à rameaux tournés du même côté" et de cinq pieds d’astragale de Marseille.

Publié le 

Vents contraires pour Enedis. L'entreprise a été condamnée lundi à une amende de 30.000 euros avec sursis pour des travaux réalisés sans autorisation au cœur du Parc national des calanques qui avaient provoqué la destruction de plants de dix-huit espèces végétales dont la très protégée astragale de Marseille. Enedis avait été autorisée en 2017 par le parc national à opérer des travaux sur la chaussée conduisant jusqu’à la calanque de Callelongue, extrémité de l’urbanisation marseillaise, pour l’enfouissement du réseau électrique et la pose de fourreaux pour le compte de l’éclairage municipal et des opérateurs de téléphonie.

Le chantier n’étant pas terminé au 30 juin 2018, il avait repris en septembre mais sans qu’Enedis ait obtenu une nouvelle autorisation. Une pelle mécanique avait détruit la végétation sur 70 m² de talus et un brise roche avait été posé à un endroit interdit. La première phase de travaux couverte par une autorisation du Parc avait été conduite sous la surveillance d’un bureau d’études environnemental qui avait tracé à la craie les zones interdites à la circulation des engins. A la reprise en septembre, ces modalités n’avaient pas été reconduites en raison du défaut d’autorisation et le balisage s’était effacé.

>> A lire aussi - Bras de fer judiciaire entre une mairie et l’installateur de compteurs Linky

Enedis et un de ses chargés d’affaires étaient jugés pour travaux sans autorisation dans un parc national, la société délégataire et son chef de chantier pour destruction d’espèces végétales protégées et dégradation de leurs habitats. Le chargé d’affaires d’Enedis n’a pas contesté que les travaux avaient repris sans autorisation. "J’avais plusieurs projets et j’étais passé à autre chose", a-t-il dit.

>> Notre service - Faites des économies sur vos factures d’électricité et de gaz avec notre comparateur Énergie

A la barre, une inspectrice du Parc national a fait état de dommages importants, la destruction de dix-huit espèces protégées comme le "silène faux orpin" ou "l’anthémis à rameaux tournés du même côté" mais surtout de cinq pieds d’astragale de Marseille. Les 5.000 pieds d’astragale recensés en France se situent majoritairement dans les calanques de Marseille. En voie de disparition, ce buisson florifère bénéficie du projet Life Habitats Calanques financé par des fonds européens.

>> A lire aussi - EDF : l'interfédérale syndicale toujours vent debout contre le projet de réorganisation

"Les dégradations ne sont contestées par personne, mais c’est la faute à personne", a déploré le procureur Michel Sastre. Le magistrat a souhaité des "condamnations d’avertissement pour que demain ces sociétés retournent sur les chantiers de façon vertueuse". Le tribunal a prononcé des amendes avec sursis allant de 2.000 euros pour le chef de chantier de l’entreprise délégataire à 30.000 euros pour Enedis. Propriétaire de la parcelle saccagée, le conseil départemental des Bouches-du-Rhône entend faire chiffrer par un expert le montant de la remise en état des lieux avant de réclamer des dommages et intérêts aux quatre prévenus.


Date de création : 10/05/2021 16:37
Catégorie : -
Page lue 1083 fois