Vous êtes ici :   Accueil » Le Havre facturations hallucinantes
 
 
 
 
 

Le Havre facturations hallucinantes

Au Havre, situation confuse autour de facturations hallucinantes d’un compteur Linky

Énergie. Depuis un an, Élise rencontre des problèmes liés à son compte d’électricité. L’adresse de livraison correspond à un autre quartier. Simple faute administrative ou histoire frauduleuse ? Elle cherche des solutions.

Alors que jamais avant Linky, les problèmes divers et variés de facturation n'avaient été si nombreux, la presse financée par la pub, c'est-à-dire par nous, continue à minimiser ce qui est une catastrophe pour les milliers d'usagers concernés

 Sommaire "Quelles économies ?"

L’affaire dure depuis un an. Après une séparation particulièrement difficile, Élise (le prénom a été changé) arrive dans un nouveau logement avec sa fille âgée de 6 mois fin 2018. En juillet 2019, ses abonnements électricité et gaz sont résiliés du jour au lendemain, sans explication. En comparant les numéros de compteurs, elle comprend qu’un voisin de palier a pris le numéro de son compteur de gaz en arrivant. Elle découvre par la même occasion que le numéro de livraison de son compteur Linky est utilisé par un autre client. L’adresse n’est même pas dans son immeuble, elle correspond à un bloc de maison plus loin, un autre quartier« En fait, je payais pour quelqu’un d’autre. La facturation a donc été suspendue dans un premier temps. »

La question du gaz est rapidement remise en ordre, mais pas l’électricité. Cette divergence d’adresses provoque des résiliations régulières. Depuis, la jeune femme a subi de nombreux aller-retour entre son fournisseur Engie, le fournisseur de la deuxième personne Eni, et le gestionnaire de réseau Enedis. « J’ai compté, en un an j’ai dû les appeler 60 à 70 fois. J’ai l’impression qu’on se moque de moi », raconte-t-elle. Quant à la personne à l’adresse non facturée, elle cumule deux compteurs électriques aux fournisseurs différents et n’a jamais répondu aux sollicitations des différentes institutions.

« On m’annonce que c’est réglé et ça recommence »

S’agit-il d’un acte malveillant ? D’une erreur administrative ou dans 

l’enregistrement du numéro ? Les questions restent en suspens. Fin 2019, Enedis s’est déplacé pour constater l’erreur. Pourtant, personne du service ACE, en charge de l’expertise, ne rappelle Élise. Quand elle finit par joindre un interlocuteur, on lui indique que son dossier a changé de mains. Il faut recommencer les démarches. « Chaque fois, on m’annonce que c’est réglé, et ça recommence, déplore Élise. Je paye, car dans ma situation, je ne peux pas me permettre de voir arriver l’huissier. Les agents au téléphone me disent qu’ils comprennent ma situation, mais s’ils comprenaient ce serait réglé. Je suis prélevée 900 €, on me fait un geste commercial de 50 €. Et pourtant je surveille ma consommation. » Le retour de l’hiver annonce de nouvelles craintes, en particulier avec une enfant.

Tous les jours, la jeune femme regarde sur son compte client en ligne si le contrat est bien indiqué, craignant une énième résiliation. Depuis mai, la situation est régularisée mais la facturation n’est pas régulière. Élise ne peut pas anticiper les prélèvements et vit dans la crainte d’un recommencement. « Rien ne prouve que je paye ma propre consommationIls font leurs rectifications, leurs magouilles et je suis prélevée sans qu’on me prévienne. Depuis un an, je comprends mieux certains aspects, mais je ne saisis pas tout », explique-t-elle.

Pendant le confinement, Élise a contacté les services de police afin d’éventuellement porter plainte pour détournement de compteur. Une fraude d’un autre âge que l’on penserait impossible avec l’informatisation. « Je ne sais plus quoi faire, vers qui me tourner. Je ne connais pas d’associations... », déclare la jeune femme. Lassée, Élise a contacté UFC-Que Choisir début 2020, et espère accéder enfin à une médiation.

Un cas exceptionnel

Selon Philippe Henet, adhérent bénévole à l’association UFC-Que Choisir, ce type de problème « relève de l’exceptionnel et paraît même très étonnant ». L’adhérent note qu’habituellement les cas liés à des compteurs d’électricité portent plutôt sur des problèmes de surconsommation ou d’appareils dysfonctionnels. « Nous avons très peu de dossiers. Souvent un accord à l’amiable est trouvé. » Même chose du côté d’Enedis, le problème semble rare. D’autant qu’il ne s’agit pas d’un homonyme ou d’un voisin de palier.

Contacté, Enedis est intervenu dans la journée pour vérifier le compteur. Tout semble en ordre, le point de livraison correspond désormais à l’adresse d’Élise, mis à part un blanc dans l’historique de la consommation électrique entre février et mai. La facturation étant à la charge du fournisseur, le gestionnaire estime que son rôle est achevé, à l’exception de cette « petite enquête ». « Une erreur de nom, numéro ou rue reste possible et l’acte demandé par le fournisseur peut être mal adressé », déclare Enedis.

Pour Élise, le problème de facturation reste inchangé. Eni assure qu’il n’a pas la main et Enedis que son travail est terminé. La jeune femme craint un recommencement, ne sachant toujours pas ce qui a provoqué le problème initial. Une affaire à suivre, donc. La jeune femme espère régulariser finalement, avant d’être elle-même à bout d’énergie...

Louise Boutard

Journaliste, agence locale du Havre

l.boutard@paris-normandie.fr


Date de création : 22/08/2020 11:15
Catégorie : - Quelles économies ?
Page lue 5662 fois