En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.
 
 
 
 
 
Vous êtes ici :   Accueil » Revue de presse - mars 2020 Stéphane Lhomme
 
 
 
 

Nouveautés du site

(depuis 40 jours)
Articles
27/02/2020 : - GRDF sommaire
Commentaires blog
Articles
27/02/2020 : - GRDF sommaire
Commentaires blog

Le droit de dire Non

droit-dire-non_vignette.jpg

Feu de compteur

St-Cyr-SUR-MORIN_.jpgFeu de compteur

Pour l'Etat, c'est à dire, EDF, c'est-à-dire Enedis, Linky ne brûle jamais.

Pour les déféqueurs de niouzes,
les décrypteurs,
les Scélérats comme Selectra et autres menteurs des médias financés par nous (nos taxes et la publicité),
Linky ne brûle jamais. Soit.
Alors il fond ? Il se consume ?  Voilà qui est beaucoup moins inquiétant...

Et on peut même monter le compteur sur un support en bois dans les coffrets en plastique (oui, c'est légal :norme NF 14-100), car ces coffrets empêchent la propagation des incendies. A cet égard, la photo donne à méditer non ?

Pour ceux qui persistent à dire que Linky n'a rien changé à l'accidentologie des compteurs, "Il y avait autant d'incendies et de pannes avant", qu'ils nous proposent donc une liste des compteurs non-Linky qui auraient déclenché des incendies, qui se seraient enflammés !

La presse, dont Enedis fait partie des annonceurs, ne manquerait pas une occasion de signaler les incendies de Compteur Bleu !  ... Imaginez :
- Dernière Minute : Un Compteur Bleu prend feu à Trifouilly les Bédouilles !  
- A la Une  : Un compteur électronique première génération explose à Tripour les Furets !
- Scoop ! Tous les compteurs brûlent, pas seulement les Linky  !  Mais non, rien dans la presse jamais à ce sujet...

Lire l'article du journal  le-pays-briard_h30.png

14/11/2019 : Un début d’incendie à Saint-Martin-Boulogne

Bilan Incendies de compteur, c'est ici

Lire la suite

St-Cyr-SUR-MORIN_.jpgFeu de compteur

Pour l'Etat, c'est à dire, EDF, c'est-à-dire Enedis, Linky ne brûle jamais.

Pour les déféqueurs de niouzes,
les décrypteurs,
les Scélérats comme Selectra et autres menteurs des médias financés par nous (nos taxes et la publicité),
Linky ne brûle jamais. Soit.
Alors il fond ? Il se consume ?  Voilà qui est beaucoup moins inquiétant...

Et on peut même monter le compteur sur un support en bois dans les coffrets en plastique (oui, c'est légal :norme NF 14-100), car ces coffrets empêchent la propagation des incendies. A cet égard, la photo donne à méditer non ?

Pour ceux qui persistent à dire que Linky n'a rien changé à l'accidentologie des compteurs, "Il y avait autant d'incendies et de pannes avant", qu'ils nous proposent donc une liste des compteurs non-Linky qui auraient déclenché des incendies, qui se seraient enflammés !

La presse, dont Enedis fait partie des annonceurs, ne manquerait pas une occasion de signaler les incendies de Compteur Bleu !  ... Imaginez :
- Dernière Minute : Un Compteur Bleu prend feu à Trifouilly les Bédouilles !  
- A la Une  : Un compteur électronique première génération explose à Tripour les Furets !
- Scoop ! Tous les compteurs brûlent, pas seulement les Linky  !  Mais non, rien dans la presse jamais à ce sujet...

Lire l'article du journal  le-pays-briard_h30.png

14/11/2019 : Un début d’incendie à Saint-Martin-Boulogne

Bilan Incendies de compteur, c'est ici

Fermer

 

Revue de presse - mars 2020 Stéphane Lhomme

OBSERVATOIRE DU NUCLEAIRE  contact  chez observatoire-du-nucleaire.org

ODN.jpg

www.observatoire-du-nucleaire.org

Revue de presse - Hiver 2020 (décembre - janvier - février)

en pdf

Un forum pour ne pas oublier les deux accidents
nucléaires survenus à Saint-Laurent-les-Eaux


Les 19 et 20 octobre 2019, à Orléans, s'est tenu un remarquable colloque à l'occasion du cinquantenaire de l'accident nucléaire de Saint-Laurent-les-Eaux de 1969 et des trente ans de l'accident de 1980 survenu dans la même centrale. A (re)vivre en vidéos...

Vidéos du forum : https://bit.ly/2wNuhMw


La chute irréversible de l'industrie nucléaire mondiale

Concurrencé par les renouvelables, le nucléaire décline dans le monde
Reporterre, 19 décembre 2019 : https://bit.ly/32ccnid

2010-2019 La décennie qui a tout changé pour l'éolien et le solaire
Les Echos, 23 décembre 2019 : https://bit.ly/39SVATQ

La centrale nucléaire de Mühleberg définitivement à l’arrêt
Le Temps, 26 décembre 2019 : https://bit.ly/38M6ivo

Fermeture du réacteur Ringhals-2 après 43 ans de fonctionnement
Nucnet.org, 30 décembre 2019 : https://bit.ly/3bSIVSM

Turquie : annulation du contrat pour le projet de centrale nucléaire à Sinop
Nucnet, 23janvier 2020 : https://bit.ly/394slxD

Les centrales nucléaires belges ne trouvent pas d’assureur
Businessam, 13 février 2020 : https://bit.ly/399MVfW


Inlassablement, alors que les dirigeants industriels et politiques multiplient les effets d'annonce trompeurs, nous mettons en exergue la réalité du nucléaire : une industrie moribonde, en déclin désormais rapide et, surtout, irréversible.

Même le quotidien très pronucléaire Les Echos ne peut que constater ceci : « Des prix qui s'effondrent, des capacités de production qui s'envolent : en dix ans, les énergies renouvelables ont chamboulé la production d'électricité dans le monde. »

Comme chaque année, nous recommandons le World Nuclear Industry Status Report qui, sous la direction de l'excellent Mycle Schneider, analyse l’état de l’industrie nucléaire dans le monde et, cette année, consacre un nouveau chapitre à l’évaluation de l’option nucléaire comme moyen de combattre l’urgence climatique.

Le verdict est sans ambiguïté : alors qu'il peut contaminer et tuer, le nucléaire est dans la plus totale incapacité de « sauver la planète ». C'est certes une évidence, mais c'est encore mieux en montrant pourquoi, ce qui est d'ailleurs illustré aussi par les fermetures de plus en plus nombreuses de réacteurs et l'annulation de projets de nouvelles centrales.

On notera au passage la n-ième annulation du projet de centrale turque, annoncée avec tambours et trompettes des dizaines de fois depuis 1965, et qui ne verra en fait jamais le jour !


Retards et déconvenues des EPR : la routine !

TVO annonce un nouveau retard pour l'EPR finlandais (mise en service reportée à 2021)
AFP, 19 décembre 2019 : https://bit.ly/2ulOico

Nucléaire: la décision sur de nouveaux EPR renvoyée au prochain quinquennat

AFP, 8 janvier 2020 : https://bit.ly/2VyP94m

En Inde, les nuages s’amoncellent au-dessus des projets d’EPR
Le Monde, 28 janvier 2020 : https://bit.ly/2VryeRp

A Flamanville, EDF se prépare fébrilement à tenter de réparer les fameuses soudures défectueuses et quasi inaccessibles, situées entre les deux enceintes de confinement de l'EPR en chantier depuis 2008 (voir nos publications précédentes).

En attendant ce moment qui nous promet probablement de nouvelles surprises les Finlandais ont de leur côté annoncé un énième report de la mise en service de l'EPR construit - ou plutôt saboté ! - par Areva depuis 2005.

Pour mémoire, EDF et Areva (devenu Orano depuis) prétendaient construire un EPR en 4 ans et demi à peine ! Du coup, faisant pour une fois preuve de prudence, le gouvernement macronien a renvoyé la décision de construire ou non de nouveaux EPR… au quinquennat suivant !

Quant au projet absurde de 6 EPR en Inde, il est plus que jamais virtuel et ne manquera pas de rejoindre la longue liste des réacteurs prétendument exportés par la France, et (bien heureusement) jamais construits...


Nucléaire en France : le début de la fin ?


Fermeture définitive du réacteur 1 de la centrale de Fessenheim

Innombrables articles, février 2020 : https://bit.ly/399Uraw

EDF propose 7 sites pour fermer jusqu'à 14 réacteurs
Montelnews, 21 janvier 2020 : https://bit.ly/384bYzB

Des terres, pas du nucléaire !
Enquête Lundi.am, 10 février 2020 : https://bit.ly/2w8ugCA


Si l'industrie nucléaire française se révèle incapable de construire de nouveaux réacteurs, elle ne parvient pas non plus à entretenir correctement son parc actuel de 58 réacteurs de plus en plus âgés et délabrés. EDF est en grave déficit de compétences – les jeunes ingénieurs se détournent du nucléaire, préférant le secteur des renouvelables ou du numérique – et d'argent : l'entreprise est quasiment en faillite.

Du coup, sous prétexte d'une fumeuse « transition énergétique », EDF se prépare à fermer 14 réacteurs d'ici 2035, en plus des deux de Fessenheim dont le premier a été définitivement stoppé le 22 février, le second devant suivre le 30 juin prochain (nous reviendrons bientôt en détail sur ce dossier).

Pourtant, avec un certain panache confinant au ridicule, les dirigeants d'EDF se sont lancés dans une opération d'achats de terres autour de plusieurs centrales, sans que l'on sache vraiment si c'est pour préparer les opérations de démantèlement… ou au contraire dans l'espoir fou de construire des EPR !

EDF en marche… vers la faillite


EDF « n’a pas les fonds pour remplacer les anciens réacteurs par de nouveaux »
Montelnews, 1er décembre 2019 : https://bit.ly/2wz7W5l

La production nucléaire française chute de 11% en novembre
Montelnews, 8 décembre 2019 : https://bit.ly/37CJ8WY

La production nucléaire d'EDF au plus bas depuis 21 ans
Montelnews, 14 février 2020 : https://bit.ly/3cdNt6t

Les doutes et les fragilités du secteur nucléaire français
Le Monde, 8 décembre 2019 : https://bit.ly/39IuIWK

EDF, « un fiasco industriel, économique et financier »
Le Monde, 13 décembre 2019 : https://bit.ly/32cti49

Quand l’État reprend en main EDF avec son projet « Hercule »
La Tribune, 11 décembre 2019 : https://bit.ly/2V8UOOx

Alors que les événements inquiétants se multiplient dans les centrales françaises (voir ci-dessous), entraînant souvent de longs arrêts, la production du parc nucléaire est logiquement en forte baisse, contrairement aux objectifs bravement affichés par le PDG Lévy qui, année après année, jure que le taux de disponibilité va s'améliorer.

Mais la réalité revient au galop, et même des experts étrangers s'alarment dans Le Monde, expliquant que « le secteur nucléaire français ne peut être sauvé que par une combinaison de plusieurs interventions gouvernementales :

- une augmentation substantielle du prix du carbone, qui soulagerait EDF, mais nécessite un accord politique paneuropéen aujourd’hui bien lointain sur la tarification du carbone ;

- une augmentation du coût réglementé de l’énergie (le tarif d’accès régulé à l’énergie nucléaire historique, ou Arenh), qui nécessite un accord de l’autorité de la concurrence à Bruxelles ;

- une succession d’injections de capital pour éponger les pertes de l’industrie de l’énergie nucléaire. »

En clair, c'est en saignant les citoyens de France que l'atome pourrait peut-être survivre. Les experts ajoutent : « Le plan « Hercules » qu’EDF vient de rendre public repose sur un savant mélange de ces leviers afin d’étalonner, échelonner, mais aussi camoufler, les combinaisons de ces différentes politiques dans l’espoir de sauver EDF. Car un fiasco industriel, économique et financier d’une telle ampleur ne cause pas seulement des pertes considérables pour EDF, qui sera responsable d’indemnisations colossales au Royaume-Uni, en Finlande et en France. »

Il devient urgent de se débarrasser de Macron et de tout autre politicien prêt à ruiner la France pour tenter (vainement d'ailleurs) de sauver l'atome...

Le parc nucléaire d'EDF en pleine folie !


Pourquoi la centrale de Flamanville ne produit plus d’électricité depuis six mois
Le Monde, 26février 2020 : https://bit.ly/2Tya4Cn

Golfech : un événement significatif de sûreté
ASN, 2 décembre 2019 : https://bit.ly/2wTIjML

Evènement significatif pour la sûreté à Penly
ASN, 24 décembre 2019 : https://bit.ly/2uzBQWq

Une fuite de tritium à la centrale de Tricastin
France bleu, 28 janvier 2020 : https://bit.ly/2VvPTHB

Socatri : inouï, le dispositif de détection sismique et anti-incendie jamais mis en service !
Coord Antinucléaire Sud-Est, 9 décembre 2019 : https://bit.ly/2vPkt4l

Gravelines : une digue de trois kilomètres va encercler la centrale nucléaire d’ici 2021
La Voix du Nord, 14 janvier 2020 : https://bit.ly/2I1HOm0

L'actualité illustre continuellement le délitement avancé du parc nucléaire d'EDF. A Flamanville, il n'y a pas que l'EPR qui déraille : les deux réacteurs en service depuis les années 80 sont tellement délabrés qu'ils sont à l'arrêt depuis des semaines, et même depuis 6 mois pour l'un d'eux.

A Penly : « En cas de situation accidentelle, la présence simultanée de plusieurs défauts aurait pu conduire à ne pas pouvoir faire fonctionner des matériels de sauvegarde ou auxiliaires redondants du réacteur, utilisés pour atteindre et maintenir le réacteur dans un état sûr. »

A Golfech, des erreurs gravissimes se sont multipliées pendant une opération théoriquement de routine, à tel point qu'une fusion du coeur a été frôlée (lire à ce sujet la chronique antinucléaire dans le mensuel La Décroissance).

D'autres centrales et sites nucléaires sont le lieu de situations incroyables mettant en péril la sûreté des installations, démontrant une fois de plus que c'est avant tout la chance qui a permis à la France d'échapper pour le moment à un Tchernobyl ou un Fukushima.

Enfin, on ne sait pas si l'on doit rire ou pleurer en apprenant que, 40 ans après sa mise en service, la centrale de Gravelines va être encerclée par une digue de trois kilomètres : il était grand temps de s'apercevoir de la nécessité de cette digue même si, comme démontré en décembre 1999 au Blayais, cela ne garantit absolument pas qu'il n'y aura pas d'inondation...


Déchets radioactifs : du bla-bla à défaut de solution


Stockage des déchets nucléaires : voyage au centre de la Terre
Le Point, 8 décembre 2019 : https://bit.ly/2V9Gx4i

Déchets nucléaires : une étude émet des doutes sur le conditionnement
Le Quotidien, 27 janvier 2020 : https://bit.ly/2wQePzf

Après de nombreux médias, et avant de nombreux autres qui s'y adonneront à leur tour, Le Point s'offre sa petite séance de propagande pro-enfouissement en visitant les galeries souterraines de Cigeo à Bure (Meuse).

Certes, des questions sont posées, comme « Y aura-t-il toujours un gouvernement en France dans 100 ans ? La France existera-t-elle encore dans 1 000 ans ? La Meuse ne sera-t-elle pas recouverte de glace dans 10 000 ans ? Et comment s'exprimera-t-on dans 100 000 ans ? »

Mais à aucun moment Le Point n'écrit qu'il est tout simplement insensé de prétendre répondre à ces questions comme veut le faire croire l'Andra (Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs). Pire, on a droit à la sempiternelle couche d'argile « stable depuis 160 millions d'années et qui assure une quasi parfaite étanchéité ». Ben voyons.

Pour mémoire, il n'existe et n'existera jamais la moindre « solution » au problème inextricable des déchets radioactifs : tout juste des options… toutes mauvaises. Mais l'enfouissement est assurément la pire de toutes, un véritable crime contre l'avenir.

D'ailleurs, ce que Le Point ne signale pas, c'est qu'une étude de l'université de l'Ohio (USA) vient de montrer que la corrosion du verre ou de la céramique utilisés pour confiner les déchets nucléaire est “accélérée de façon significative” dans certaines conditions. Et ce n'est là qu'une des failles béantes des projets d'enfouissement, à Bure ou dans d'autres pays…

Mais, plutôt que de constater leur fiasco, les dirigeants français continuent à réprimer les résistants qui se battent courageusement contre Cigéo... (voir nos publications précédentes).

Fukushima + 9 ans : le cauchemar continue


Fukushima : des étapes délicates du démantèlement reportées de quatre à cinq ans
Le Monde, 27 décembre 2019 : https://bit.ly/38NeLOW

Le démantèlement de Fukushima prendra au moins 44 ans !
Neimagazine, 29 janvier 2020 : https://bit.ly/3cjcfCn

Fukushima : l'impossible décontamination des sols
Soil, 12 décembre 2019 : https://www.soil-journal.net/5/333/2019

La propagande mensongère du CEA
CEA, 12 décembre 2019 : https://bit.ly/2SITKPI

Eh oui, 9 ans déjà ! 9 ans que la catastrophe nucléaire de Fukushima se développe et s'aggrave, contaminant toujours plus d'eau, de territoires, d'habitants. Les autorités japonaises veulent reverser dans le Pacifique les quantités astronomiques d'eau radioactive stockée dans des milliers de réservoirs autour de la centrale accidentée.

Quant au démantèlement de cette dernière, il est repoussé « de 4 à 5 ans », mais nous pouvons parier que, s'il commence un jour, ce sera dans bien plus longtemps. Et dans tous les cas il durera « au moins 44 ans ».

C'est une nouvelle illustration de ce qu'il est finalement facile de construire une centrale (sauf pour EDF et Areva !) mais qu'il n'y a plus personne ensuite pour s'occuper des « excréments » radioactifs générés. Le nucléaire est mis en œuvre par des cyniques qui n'assument jamais les conséquences de leurs actes…


Vous pouvez soutenir l'Observatoire du nucléaire


Date de création : 04/03/2020 16:26
Catégorie : Stéphane Lhomme -
Page lue 54 fois