Moi électro-sensible, vous rigolez ?

Moi électro-sensible, vous rigolez ?

B&B-Wifi-1.jpgAvril 2018. Trois jours de vacances dans un B&B du Kent, en Angleterre. Confort "so cosy" de l'Angleterre dans une cabane (a lodge) aménagée au fond du jardin dB&B-Wifi-2.jpge nos hôtes.

 Alors quel étonnement quand, lors de la première nuit, une migraine se déclare chez mon épouse (à qui ça n'arrive jamais) ; elle me racontera que j'ai eu un sommeil anormalement agité. La journée à l'extérieur de notre lodge estompe ces symptômes ; mais en y réfléchissant, on ne trouve pas de cause plausible.

De retour au nid le soir, nous débranchons à tout hasard le récepteur wifi. ça n'étonnera pas tout le monde : les nuits suivantes furent bienfaisantes et paisibles... 

Jusqu'alors, nous avions cru bien volontiers tous les témoignages que nous avions lus et entendus. Maintenant on sait. On fait partie du même club... 

_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_

La première question que je me pose depuis mon déconditionnement, c'est toujours : "Cette innovante nouvelle innovation, en ai-je ressenti le besoin ? L’ai-je rêvée, réclamée, imaginée ?" Et comme pour le GPS, la réponse est non. Alors, je ne prends pas ; je refuse : gavé de technologinutile je suis. Chez moi, le WIFI est désactivé (ça consomme aussi du courant, c'est facile à pirater, je n'en ai pas besoin pour faire mon site web), le DECT aussi (téléphone sans fil). Pas de CPL entre les deux boîtiers internet-TV Pas de bluetooth ni de GPS dans ma voiture.

Et oui, j'ai un four à micro-ondes ; il fonctionne quelques minutes par jour et on s'en éloigne. Non, je ne vis pas dans les arbres ou dans une grotte. Je sais même faire un vrai site web, pas un blog préfabriqué fourni par des partisans du transhumanisme. Je vis, lucide, dans les contradictions, mais comme disait Camus, un moment vient ou on dit :"Stop ! Je passe, j'ai ma dose de Progrès..."

Chaque fois qu’on obéit à une machine, qu’on la laisse faire à notre place, on se simplifie la vie ! Or nous sommes des êtres infiniment complexes ; notre mémoire disponible possède une capacité de stockage insondable, et n’a rien à voir avec un tas de capteurs et de processeurs algorithmés, car elle participe de notre pensée, nettement plus riche que les plus complexes des langages de programmation.

Chaque fois que la machine fait à ma place, je perds un savoir-faire, un savoir, des mots, des relations humaines, de la liberté : La technologie augmentée, c’est la réalité diminuée !

Il est vrai que les moutons, ou les zombizounours que nous devenons si facilement ne se fatiguent pas à s’interroger ou à se battre ! Pourtant, la publicité ne vante-t-elle pas le combat, le dépassement de soi, les Jeux Olympiques ? Alors pourquoi s’endormir dans la servitude volontaire quand il y a tant à vivre ? Pourquoi devenir de moins en moins différents de ceux qui, tels nos aînés ou les accidentés de la vie, souffrent d’un handicap, - ne peuvent pas marcher, se nourrir, lire, étudier une carte, parler, écouter, discuter, créer, fabriquer réparer, composer, inventer, ...

Il n’y a pas d’objets intelligents, il n’y a que des humains qui acceptent de se ravaler au rang de machines ! Ces deux ou trois millions de gens qui disent :”Non !” sont-ils vraiment des imbéciles, des craintifs, des rétrogrades, des illettrés, des analphabètes ? Ne sont-ce pas plutôt les employés de l’électro-fascisme (André Gorz) qui auraient bien besoin d’augmenter leurs connaissances (Il y a du boulot...) et de retrouver un peu d'humanité ?
A notre niveau, commençons par cultiver la nôtre.


Date de création : 10/09/2019 09:16
Dernière modification : 06/01/2021 20:33
Catégorie : Santé et Compteurs Communicants -
Page lue 5048 fois