En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.
 
 
 
 
 
Vous êtes ici :   Accueil » Pique-nique dans les locaux d’Enedis à Albi
 
 
 
 

Nouveautés du site

(depuis 40 jours)
Articles
27/02/2020 : - GRDF sommaire
Commentaires blog
Articles
27/02/2020 : - GRDF sommaire
Commentaires blog

Le droit de dire Non

droit-dire-non_vignette.jpg

Feu de compteur

St-Cyr-SUR-MORIN_.jpgFeu de compteur

Pour l'Etat, c'est à dire, EDF, c'est-à-dire Enedis, Linky ne brûle jamais.

Pour les déféqueurs de niouzes,
les décrypteurs,
les Scélérats comme Selectra et autres menteurs des médias financés par nous (nos taxes et la publicité),
Linky ne brûle jamais. Soit.
Alors il fond ? Il se consume ?  Voilà qui est beaucoup moins inquiétant...

Et on peut même monter le compteur sur un support en bois dans les coffrets en plastique (oui, c'est légal :norme NF 14-100), car ces coffrets empêchent la propagation des incendies. A cet égard, la photo donne à méditer non ?

Pour ceux qui persistent à dire que Linky n'a rien changé à l'accidentologie des compteurs, "Il y avait autant d'incendies et de pannes avant", qu'ils nous proposent donc une liste des compteurs non-Linky qui auraient déclenché des incendies, qui se seraient enflammés !

La presse, dont Enedis fait partie des annonceurs, ne manquerait pas une occasion de signaler les incendies de Compteur Bleu !  ... Imaginez :
- Dernière Minute : Un Compteur Bleu prend feu à Trifouilly les Bédouilles !  
- A la Une  : Un compteur électronique première génération explose à Tripour les Furets !
- Scoop ! Tous les compteurs brûlent, pas seulement les Linky  !  Mais non, rien dans la presse jamais à ce sujet...

Lire l'article du journal  le-pays-briard_h30.png

14/11/2019 : Un début d’incendie à Saint-Martin-Boulogne

Bilan Incendies de compteur, c'est ici

Lire la suite

St-Cyr-SUR-MORIN_.jpgFeu de compteur

Pour l'Etat, c'est à dire, EDF, c'est-à-dire Enedis, Linky ne brûle jamais.

Pour les déféqueurs de niouzes,
les décrypteurs,
les Scélérats comme Selectra et autres menteurs des médias financés par nous (nos taxes et la publicité),
Linky ne brûle jamais. Soit.
Alors il fond ? Il se consume ?  Voilà qui est beaucoup moins inquiétant...

Et on peut même monter le compteur sur un support en bois dans les coffrets en plastique (oui, c'est légal :norme NF 14-100), car ces coffrets empêchent la propagation des incendies. A cet égard, la photo donne à méditer non ?

Pour ceux qui persistent à dire que Linky n'a rien changé à l'accidentologie des compteurs, "Il y avait autant d'incendies et de pannes avant", qu'ils nous proposent donc une liste des compteurs non-Linky qui auraient déclenché des incendies, qui se seraient enflammés !

La presse, dont Enedis fait partie des annonceurs, ne manquerait pas une occasion de signaler les incendies de Compteur Bleu !  ... Imaginez :
- Dernière Minute : Un Compteur Bleu prend feu à Trifouilly les Bédouilles !  
- A la Une  : Un compteur électronique première génération explose à Tripour les Furets !
- Scoop ! Tous les compteurs brûlent, pas seulement les Linky  !  Mais non, rien dans la presse jamais à ce sujet...

Lire l'article du journal  le-pays-briard_h30.png

14/11/2019 : Un début d’incendie à Saint-Martin-Boulogne

Bilan Incendies de compteur, c'est ici

Fermer

 

Pique-nique dans les locaux d’Enedis à Albi

Pique-nique dans les locaux d’Enedis à Albi

S’ils vous disent que vous êtes entrés sans leur autorisation, dites-leur que c’est ce qu’ils font dans tant d’immeubles, de jardins, de maisons.

S’ils vous disent que vous n’avez pas le droit d’empêcher le travail, répondez-leur qu’ils n’ont pas le droit de nous empêcher de vivre sans Linky !

Stéphane Lhomme

[Refus.Linky.Gazpar.Eau] Articles et communiqué (avec tract) sur l'occupation d'Enedis du lundi 6 mai 2019
Stéphane Lhomme - Free stephanelhomme   chez   free.fr    9 mai 2019 à 21:19
À : REFUS LINKY GAZPAR refus.linky.gazpar     chez   listes.rezocitoyen.org

Bonjour,

superbe action anti-linky à Albi (Tarn), avec occupation des locaux d'Enedis, voir ci-dessous des articles de presse mais aussi un appel à suivre ce bel exemple...

https://france3-regions.francetvinfo.fr/paris-ile-de-france/emissions/jt-local-1920-tarn
https://www.ladepeche.fr/2019/05/07/albi-des-anti-linky-sinvitent-chez-enedis,8185276.php
https://www.capital.fr/economie-politique/des-militants-anti-linky-debarquent-chez-enedis-1337576


-------- Message transféré --------

Pique-nique dans les locaux d’Enedis à Albi

… et appel à occuper Enedis partout en France, à diffuser largement


Ce lundi 6 mai, à 10h30, nous étions une soixantaine, du Tarn et du Tarn-et-Garonne, à envahir la Direction régionale d’Enedis Occitanie, dans la banlieue d’Albi.

Albi-9_mars_2019.jpg

Cette action s’est déroulée main dans la main entre plusieurs comités de lutte anti-Linky, et des Gilets Jaunes.

Nous voulions réaffirmer l’opposition de nombreux habitants de la région au projet de compteurs communicants Linky et dénoncer les méthodes d’intimidation d’Enedis et de ses sous-traitants. Nous avons martelé que les compteurs Linky ne peuvent pas être légalement imposés aux usagers (voir tract), ce qu’aucune des personnes d’Enedis présentes ce jour-là n’a démenti. Un objectif plus spécifique de la journée était d’obtenir la garantie qu’un certain nombre de foyers en travaux, actuellement munis d’un compteur de chantier, ne se verraient pas imposer automatiquement Linky une fois les travaux terminés.

Nous sommes entrés (en rusant) et sommes montés (en bluffant) au deuxième étage, où nous avons envahi l’open space du service Cartographie. Nous avons déployé des banderoles “Non au tout numérique”, “Tapez 1 Tapez 2 Tapez #” etc. et avons pris la parole face à des salariés. Beaucoup d’entre eux étaient intérimaires. Ils nous ont fait bon accueil et de nombreuses discussions ont eu lieu dans ce service ainsi que dans les escaliers et couloirs alentours. Les membres du personnel ont écouté attentivement nos arguments contre les compteurs Linky et leur monde - déshumanisation, flicage, profilage, surconsommation d’énergie, exposition aux ondes - et certains se sont plaint du bourrage de crâne exercé par Enedis sur ses employés pour les dissuader de critiquer les compteurs communicants.

La Direction régionale a de facto refusé toute négociation sur les cas que nous mettions en avant, malgré ce qui est dit dans la presse locale à ce sujet. Les cadres dirigeants que nous demandions à rencontrer se sont barricadés dans leur tour d’ivoire du troisième étage, derrière des portes verrouillées par badge. Les personnes ayant des revendications concernant leurs compteurs de chantier ont été reçues par la Directrice des Ressources Humaines accompagnée par des membres des Renseignements Généraux, ce qui en dit long sur le degré de sérénité chez Enedis... La DRH, chargée de nous mener en bateau pendant toute l’occupation, a suivi les ordres consistant à refuser la négociation collective autour des huit cas que nous présentions. De guerre lasse, les personnes concernées ont finalement laissé des dossiers individuels, et sont censées être appelées dans les jours à venir pour des rendez-vous au compte-goutte.

 Nous pouvons nous réjouir d’avoir sérieusement perturbé le travail dans une bonne partie des bureaux pendant plus de cinq heures. Nous avons chanté La Complainte du Progrès, de Boris Vian, revue et corrigée par une institutrice des Hautes-Alpes en lutte contre l’école numérique (voir les paroles ci-dessous). Nous avons dressé une nappe et pique-niqué sur le sol plastifié des bureaux, sous le regard tantôt médusé, tantôt amusé et complice, des salariés avec qui nous avons partagé nos rillettes. Bref, nous nous sommes bien amusés. Nous sommes sortis du bâtiment de notre propre chef et sans encombre avec la police.

Enedis a subi depuis le début de 2019 plusieurs revers judiciaires non négligeables : jugement en faveur de plaignants électro-sensibles à Toulouse le 18 mars, chez qui le tribunal a interdit la pose de compteurs communicants ; jugement en faveur d’une commune de l’Eure (Romilly-sur-Andelle) ayant pris un arrêté régulant la pose des compteurs Linky (un arrêté comme plus de huit cents autres communes de l’Hexagone en ont pris). Et attendant d’autres revers plus importants encore ?


Dans ce contexte assez porteur, il nous semble très important de multiplier les actions qui mettent la pression sur Enedis, partout où cela est possible : en occupant ses bureaux, en interpellant ses cadres, en appelant ses salariés à la désobéissance.

S’ils vous disent que vous êtes entrés sans leur autorisation, dites-leur que c’est ce qu’ils font dans tant d’immeubles, de jardins, de maisons.

S’ils vous disent que vous n’avez pas le droit d’empêcher le travail, répondez-leur qu’ils n’ont pas le droit de nous empêcher de vivre sans Linky !

Continuons de construire un rapport de forces qui met Enedis en difficulté.

Opposons-nous au déploiement de la 5G, du big data, de tous les
objets connectés et nuisibles qu’on veut nous faire adopter.



La loi ne nous impose pas les compteurs
Linky : Enedis doit respecter la loi !


Les compteurs Linky ne sont pas obligatoires pour les particuliers. Comme l’a constaté Valérie Rabaut, députée du Tarn et Garonne, « si les lois de 2000 et 2015 posent le principe du déploiement des compteurs évolués, il n’existe en revanche aucune obligation légale pour le consommateur d’accepter l’installation d’un
compteur Linky à son domicile »  (Courrier de V. Rabaut à Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique, 29 mai 2017.)

.

L’entreprise Enedis est garante de la continuité du service public de la distribution l’électricité et d’un accès non discriminatoire au réseau. En tant que gestionnaire de 95 % du réseau d’électricité, elle a pour mission de raccorder les particuliers qui en font la demande. Elle doit donc, conformément à l’esprit de nos lois, respecter le libre choix des foyers qui refusent la solution « Linky ». C’est pourquoi nous demandons à Enedis de s’engager à équiper nos logements neufs ou en cours de raccordement, de compteurs non communicants, sans surcoût pour les usagers.

Pourquoi refuser les compteurs Linky ?

Refuser Linky, c’est refuser le gaspillage : Leur déploiement implique de jeter 35 millions de compteurs en parfait état de marche pour les remplacer par des
nouveaux, dont la durée de vie sera plus courte.

C’est refuser le big data : Sous­ couvert de transition énergétique, ce compteur génère des millions de gigaoctets de données sur nos comportements, lesquelles sont
stockées dans d’immenses entrepôts à serveurs qui nécessitent une quantité d’énergie toujours croissante pour fonctionner. En 2015, les datacenters présents en
France consommaient déjà 3TWh, soit autant d’énergie que la ville de Lyon !


C’est refuser la surveillance : Les Linky permettent d’épier nos comportements dans nos domiciles pour faire du profilage commercial. A terme, ils pourraient servir à renseigner la police sur nos habitudes de vie, au mépris des libertés constitutionnelles.


C’est refuser la violence sociale et la précarité : Les compteurs Linky permettent de supprimer des dizaines de milliers de postes de releveurs de compteurs en automatisant la relève et le dépannage. Et ils présentent pour ENEDIS l’avantage de pouvoir couper le courant à distance, sans aucune marge de négociation pour l’usager.


C’est refuser la pollution électromagnétique : Ces compteurs nous exposent 24h/24 dans nos maisons à des champs électromagnétiques supplémentaires, alors que ces ondes ont des conséquences néfastes sur les organismes vivants.


Collectifs anti-Linky, CMGA Stop-Linky Albi,
citoyens et citoyennes d’Occitanie




Date de création : 10/05/2019 10:19
Catégorie : - Refuser
Page lue 488 fois