Vous êtes ici :   Accueil » Vulnérabilité de notre monde électrique
 
 

Nouveautés du site

(depuis 40 jours)

Retrait Linky : remettez-moi un compteur non communicant

Retrait-Linky.org.jpg

Enedis ou ses sous-traitants vous ont mis un compteur communicant Linky alors que vous n'en vouliez pas, ou bien vous avez changé d'avis et vous n'en voulez plus : ce site est fait pour vous.

Site gratuit uniquement destiné à demander le retrait des compteurs Linky.

Lire la suite

Mais combien sommes-nous SANS Linky ?

Vous non plus, vous n'avez pas de Linky ?
Combien de récalcitrants n'ont pas de Linky ?  Comptons-nous, signez ici Lire le texte de la pétition
 

Lettrinfo 12 mars 2022

Refuser Linky est gratuit.
Futé : la relève mensuelle gratuite.
 

Oui certes, mais, à partir de 2025, j'aurai peut-être à payer 50 € par an pour deux relèves humaines par an ! 25 € la visite, c'est comme chez le toubib donc. Pas cher payé pour un peu de liberté. D'ailleurs, le compteur blanc est toujours en vente.
 

La CRE réclame cela depuis 2015 au moins ! Non, ce n'est pas un scoop chers chiens de garde, spécialistes de la défakation des niouzes ! Dans une délibération du 3 mars 2016 «portant sur la tarification des prestations annexes», elle considère «justifié que les consommateurs qui n'ont pas laissé l'accès au compteur se voient facturer une prestation de relève à pied résiduelle, compensant les surcoûts occasionnés, mais que cette prestation ne peut être mise en place à ce stade, à défaut de connaître l'ampleur de ces surcoûts».

A lire aussi Stéphane Lhomme 09/03/2022


Mon changement de fournisseur

Je viens de revenir chez EDF, après trois ans chez Mint, ainsi la mensualité est passée de 123 à 84 euros. Mais Linky n'est pas entré chez moi à cette occasion, pourtant, il a essayé. 
Mars 2022, je n'ai toujours pas de Linky. Et la campagne présidentielle ne parle jamais de mes préoccupations. Ah si ! Il vont tous accélérer la production d'électricité et continuer la connexion totale et la robotisation du monde. 
Mais j'ai encore la chance d'accueillir chez moi des humains ! Car Madame Enedis est venue sonner chez moi le 21/02/2022.   Alors que l'un des avantages du Linky, un gain pour le consommateur, serait de me priver de ce contact humain !

A lire aussi  Changement de fournisseur, toujours pas de Linky


Comme l'a expliqué le Collectif Vallon en décembre 2021, comme Stéphane Lhomme le rappelle régulièrement depuis au moins 2015, comme je le développe sur mon site depuis février 2018, le refus du Linky évite  des incendies, des arnaques, des pannes. Le refus du Linky est aussi une occasion de sortir de l'infantilisme dans lequel on nous plonge, et auquel tant de gens s'habituent...

A lire aussi  Collectif Vallon 12/2021   

Linky ne sert pas à faire des économies ; tout le monde voit bien qu'il n'est question que de l'accélération de l'augmentation de la consommation d'électricité, avec la vente d'innombrables gadgets connectés, l'explosion des climatiseurs, pompes à chaleur, le volume astronomique de données, vidéo notamment, du "cloud"... Mais Linky, c'est déjà de l'Histoire.

 L'auto-relève mensuelle et les photos d'index

   Nul besoin d'espace client ; ce lien suffit  https://www.enedis.fr/faire-le-releve-en-ligne

 L'idéal, c'est bien d'envoyer le relevé à Enedis. Je le fais chaque mois. Montrons donc que nous ne sommes pas des clients muets, que nous savons, sans Linky, surveiller et maîtriser notre consommation ! Je dispose des photos de mes deux index mensuels depuis 2015, et ça m'a fait économiser des sous.  Envoyer sur le site de Mint c'est possible, mais ils écrivent bien que c'est juste pour notre usage personnel (moi c'est le tableur Excel) ; et sur le site d'Edf, il n'est possible d'envoyer ledit relevé qu'à certaines dates.

J'ai donc les preuves de mes index sur les photos horodatées par le serveur de mon opérateur de téléphonie et aussi la confirmation écrite  par Enedis de mon autorelevé. Avis à ceux qui ont à subir des surfacturations.

Pourquoi ne faites-vous pas de photos de vos index, seul moyen de preuve contre une erreur d'Enedis ou de votre fournisseur ? Réagissez-donc à cet article et dites-moi.

 A lire aussi Preuves Photographiques à l'appui 

   

Bien sûr on vous signale que c'est dans l'attente de la pose d'un Linky, et en effet, si je déménage, si je décède, il est possible que la résistance disparaisse avec moi ; car combien sommes-nous d'Ohms résistants en France ? D'après Enedis, plus d'un million quand même...

Relevé pour Enedis 2022mars09.jpg

Relevé pour Enedis confirmation 2022mars09.jpg

Lire la suite

 
 
 

Vulnérabilité de notre monde électrique

Le Dauphine.jpg

Comment la France a évité de peu une panne électrique géante

Par Luc CHAILLOT | Publié le 14/01/2019
https://www.ledauphine.com/france-monde/2019/01/14/comment-la-france-a-evite-de-peu-une-panne-electrique-geante

Un exemple parmi tant d'autres de la vulnérabilité de notre monde électrique ; vulnérabilité physique, différente de la cyber-insécurité. Les compteurs communicants ajoutent une couche d'entropie à cette méga-machine et ce, d'autant plus que chaque pays déploie son propre système. (En Angleterre, c'est entièrement en GPRS, comme pour le Gazpar en France)

Un aperçu global sur wikipédia


L'Allemagne et l'Autriche dont la cause est encore inconnue. Photo Julio PELAEZ

Une grosse panne de courant, comme celle de novembre 2006, a été évitée de justesse jeudi. Un problème d’interconnexion entre l’Allemagne et de l’Autriche a failli entraîner un effet domino en France. Explications.

Que s'est-il passé ?

La France et l’Europe sont passés très près de grosses coupures d’électricité, voire d’un "black-out", jeudi dernier vers 21 heures. Le pire a pu être évité, grâce notamment à une réaction très rapide de la France. Pour la première fois, l’Hexagone a déclenché le dispositif d’interruptibilité prévu en cas de déséquilibre entre consommation et production.

Comment en est-on arrivé là ?

Il n’y avait pas de problème d’équilibre en France, où les moyens de production étaient largement suffisants pour répondre à la demande d’électricité, plutôt faible en ce moment en raison de températures plutôt clémentes.
 

Le déséquilibre venait d’ailleurs. Jeudi, la brutale chute de fréquence du système électrique français et européen, passée très en dessous de 50 Hz, a été provoquée par un problème d’interconnexion entre l’Allemagne et l’Autriche. Une enquête européenne est en cours sur l’origine de cette panne qui a eu un effet domino car le réseau électrique européen est très interconnecté.

Comment le black-out a été évité ?

A 21h02, RTE, le gestionnaire français du réseau électrique haute tension, a fait appel à six sites industriels gros consommateurs d’électricité qui ont immédiatement arrêté leurs installations. Cette mesure salutaire a diminué d’un seul coup la demande en électricité de 1500 MW (mégawatts), soit l’équivalent de la consommation de l’agglomération de Lyon en plein hiver.

Une première en France. Les industriels concernés ont pu redémarrer leur production au bout de 45 minutes, lorsque tout risque de "black-out" a été écarté. Au total, 22 sites très gourmands en électricité se sont portés volontaires pour "s’effacer" du réseau à tout moment en cas de besoin, en contrepartie de compensations financières.

L’interruptibilité n’avait encore jamais été utilisée en France, même pendant les pointes historiques de consommation électrique des hivers 2010, 2012 et 2018.
Loin du pic de consommation de l'hiver 2012

Jeudi soir, la demande d’électricité qui s’élevait à 77800 MW était très loin du record de 2012, lorsque la consommation avait dépassé les 100000 MW lors d’un épisode de froid intense.
Les échanges électriques de la France ce lundi 14 janvier. Source : RTE (Réseau de transport d'électricité).
Les échanges électriques de la France ce lundi 14 janvier. Source : RTE (Réseau de transport d'électricité).
En novembre 2006, cinq millions de foyers dans le noir à cause d'un paquebot

L’incident de jeudi soir est passé inaperçu pour les consommateurs mais il rappelle la gigantesque panne d’électricité qui avait plongé une partie de l’Europe dans le noir le 3 novembre 2006. Dix millions de foyers européens dont cinq millions en France avaient été privés d’électricité pendant une heure à deux heures environ.

Les délestages avaient failli conduire à un effondrement total du réseau électrique en Europe. Ce réseau est très interconnecté comme on peut le voir sur cette carte qui montre les importations et exportations d'électricité aujourd'hui en France.

Ce quasi "black-out" avait été provoqué par la coupure volontaire de deux lignes à haute tension de 400 000 volts franchissant la rivière Ems en Basse-Saxe, en Allemagne, pour permettre à un paquebot de croisière de quitter un chantier naval et de rejoindre la mer du Nord.

Cette rupture d’approvisionnement entre l’Est et l’Ouest de l’Europe avait déséquilibré le réseau électrique. La France avait dû utiliser en urgence plusieurs barrages hydroélectriques pour stabiliser le réseau.

A l’époque, des experts avaient estimé à près de 5 milliards d’euros pour la France les pertes économiques si la panne géante de novembre 2006 avait débouché sur un "black-out" d’une durée de 24 heures.


Des mesures graduelles avant les coupures de courant

En cas de risque de déséquilibre entre la production et la demande d’électricité, RTE, le gestionnaire du réseau haute tension, prévoit plusieurs scénarios graduels pour éviter un "black-out".

D’abord un appel aux gestes citoyens qui permettent de faire des économies d’énergie et donc de réduire la consommation de plusieurs centaines de mégawatts. Par exemple, différer l’usage d’un lave-linge ou d’un lave-vaisselle pendant les heures creuses, baisser le chauffage d’un ou deux degrés, ou encore éteindre tous les appareils en veille.

Ensuite, RTE peut avoir recours à l’interruptibilité de gros consommateurs industriels sélectionnés par appel d’offres. C’est le mécanisme qui a été déclenché jeudi soir, avec succès.

La filiale d’EDF peut également décider de baisser de 5% la tension sur les réseaux de distribution. Cela permet de diminuer temporairement la consommation sans entraîner de coupure. Mais cette mesure rend les appareils électriques moins performants, voire dans certains cas les endommager.

En dernier recours, le gestionnaire du réseau haute tension peut déclencher des coupures de courant momentanées, localisées et tournantes afin de minimiser l’impact sur le consommateur.

L.C.
Par Luc CHAILLOT | Publié le 14/01/2019 à 18:47 | Vu 2338 fois


Date de création : 12/03/2019 11:23
Catégorie : - Propagande
Page lue 1278 fois