Afficheurs déportés : l'UFC-QueChoisir trahit à nouveau les usagers

Mise à jour, 16 mai 2019

En  2010, l'ADEME indiquait que la mise en place d'un écran d'affichage "déporté" à l'intérieur du logement coûterait 50 euros supplémentaires par compteur soit 850 millions d'euros au total. (ndr : l'afficheur lui-même plus le prix de l'Emetteur Radio Linky plus la pose.  Quand on voit que les estimations à 10 ans sont toujours dépassées de beaucoup... la question "Que Choisir" est vite réglée monsieur Bazot !

Communiqué du mardi 29 janvier 2019  Stéphane Lhomme  http://refus.linky.gazpar.free.fr/Que_Trahir.jpg

Afficheurs déportés :

La direction de l'UFC-QueChoisir trahit à nouveau
les usagers au profit d'intérêts privés

La direction de l'UFC-QueChoisir a annoncé (1) mardi 29 janvier 2019 saisir le Conseil d'Etat pour tenter d'imposer chez les habitants, en lien avec les compteurs Linky, des "afficheurs déportés" dont le fonctionnement est nocif pour la santé des habitants et est par ailleurs favorable au business de diverses entreprises privées.

De plus, ces afficheurs déportés, gestionnaires d'énergie, objets connectés, polluent par leur fabrication, comme les téléphones portables, et consomment de l'électricité. Ils seraient payés par tous les usagers, comme le Système Linky. Vive la Transition énergétique !

En effet, la direction de l'UFC-QueChoisir se garde bien de préciser que ces fameux "afficheurs déportés" ne peuvent fonctionner que si les opérateurs installent dans les compteurs Linky des ERL (émetteurs radio Linky) comparables à des émetteurs Wi-fi (2).

Il est d'ailleurs notable que la direction de l'UFC-QC se joint à Enedis pour prétendre que les Linky ne causent aucun risque pour la santé (3) car ne fonctionnant pas en Wi-fi (4)… tout en demandant dans le même temps l'installation des émetteurs ERL !

Par ailleurs, la direction de l'UFC-QC prétend sans preuves (et pour cause) que les ERL sont indispensables pour "l’information en temps réel des ménages précaires sur leur consommation électrique, élément déterminant pour une meilleure maîtrise de leur consommation et donc un gain de pouvoir d’achat."

Nous constatons tous les jours que les personnes équipées de Linky ou de Gazpar, surtout les bas revenus, vivent dans des passoires thermiques et ne créent pas leur compte sur le site web d'Enedis, indispensable d'après le concessionnaire du réseau pour faire des économies... L'ordinateur, la tablette, le PC 2-en-1, ou le smartphone sont donc selon eux un achat obligatoire... pour faire des économies... dont on sait qu'elles sont au contraire des augmentations...

Il s'agit là de la reprise des éléments de propagande d'Enedis, alors qu'aucune étude n'a pu confirmer ces affirmations et que, au contraire, il a pu être montré que l'effet des compteurs communicants sur la consommation, une fois passé l'attrait de la nouveauté, était parfaitement nul (5)

Par contre, l'installation des ERL dans les Linky va permettre aux opérateurs de collecter encore plus de données sur la vie privée des usagers, utilisables à des fins commerciales (mais aussi policières).

Bien qu'ayant perdu son premier procès contre moi (6), en attendant les trois autres qu'elle a lancés à mon encontre, la direction de l'UFC-QC persiste à jouer double jeu et à trahir les usagers, faisant mine de contester le programme Linky (en réalité uniquement sur son volet financier) tout en demandant son "amélioration" (installation des ERL) et en faisant le jeu des entreprises privées.

Communiqué du 29 janvier 2019
Stéphane Lhomme
Conseiller municipal de Saint-Macaire (33)
Animateur du site web http://refus.linky.gazpar.free.fr

(1) https://www.quechoisir.org/action-ufc-que-choisir-linky-afficheur-deporte-l-ufc-que-choisir-saisit-le-conseil-d-etat-n63223

(2) http://refus.linky.gazpar.free.fr/linky-scandale-erl.htm

(3) A condition d'oublier que les Linky génèrent des incendies, eux aussi plus que nocifs puisque parfois mortels, cf. http://refus.linky.gazpar.free.fr/incendies-linky.htm

(4) Le fonctionnement en CPL est cependant lui aussi très controversé

(5) "Une expérience menée en Australie a montré chez les consommateurs bénéficiant d’un affichage dans leur logement, une baisse effective de consommation de 10% pendant les deux premiers mois. Celle-ci s’est pourtant réduite à 5% les quatre mois suivants, pour un retour à la situation de départ au bout de six mois". Note de positionnement de l’ADEME, 22 novembre 2011

(6) https://www.sudouest.fr/2018/01/11/compteurs-linky-que-choisir-perd-son-proces-contre-le-girondin-stephane-lhomme-4101422-4697.php


Date de création : 29/01/2019 13:25
Dernière modification : 20/02/2020 20:19
Catégorie : - UFC QueChoisir
Page lue 9085 fois